Les toitures végétales

Petits coins de verdure sur les toitures urbaines ou rurales, permettant une parfaite intégration du bâtiment dans son environnement, mais aussi du végétal dans l’espace bâti, les toitures végétales font une percée remarquable en France.

Pourquoi créer une toiture végétale ?

toiture végétale

Dès l’époque préhistorique, nos ancêtres découvrirent que déposer de la terre et de l’herbe sur le toit de la maison la protégeait contre le froid.

Ce procédé, longtemps utilisé dans les pays slaves et scandinaves, perdure encore de nos jours…

Et pourtant, les choses ont bien évolué ! Plus qu’une simple lubie décorative, une toiture végétale possède de nombreux atouts environnementaux :

– Elle déduit la facture énergétique de la maison grâce à son rôle de régulateur thermique qui donne au bâtiment une grande inertie. Veuillez visiter le site Norme-BBC.fr pour en savoir plus sur les maisons écologiques.

– Grâce à l’hydrométrie de l’ensemble, elle améliorer le confort thermique d’été, tout en protégeant efficacement contre le bruit.

– Elle accroit notamment la durée de vie des étanchéités, tout en ralentissant l’écoulement des pluies d’orage et leur rejet dans les réseaux d’eaux pluviales.

– En ville, elle améliore la qualité de l’air en transformant le gaz carbonique en oxygène, en filtrant les particules et gaz toxiques et en dégradant les polluants automobiles.

Les bémols

Si nos voisins allemands utilisent depuis des décennies les toitures végétales, la France fait figure de parent pauvre avec moins de 1 % de toitures végétalisées !

Cette frilosité est liée au coût d’installation, mais surtout à une lecture plus culturelle de cet espace qui ne peut s’identifier à un jardin au sens traditionnel.

Lorsqu’elle utilise des plantes qui se contentent d’un substrat de faible épaisseur, et de conditions de vie extrême, une toiture végétalisée ne ressemble pas à un jardin ou à une pelouse bien entretenue !

Sédum, joubarbe, saxifrage, thym commun sont des plantes couvre-sol de petit développement qui constituent un jardin à « raz de terre ».

L’installation d’une telle toiture représente un budget relativement important. Cependant, l’investissement s’amortit rapidement et va dans le sens d’une optimisation du coût global de la maison.

Possibles à installer autant en rénovation qu’en construction neuve, les toitures végétales s’aménagent sur des pentes de 0 à 20 %… Au-delà, les problèmes sont de plus en plus complexes.

Vous devez avant tout projet vérifier que la charpente peut supporter une surcharge oscillant entre 60 à 170 kg/m² pour les systèmes extensifs (faible épaisseur de substrat), et de 230 à 930 kg/m² pour les systèmes intensifs (épaisseur du substrat plus conséquente).

Depuis quelques années, certains fabricants d’étanchéité proposent une grande variété de complexes étanchéité/végétalisation de toiture.

Selon que votre toiture est accessible ou non, que vous acceptiez un certain entretien, voire des arrosages, les procédés diffèrent pour répondre à vos attentes.

Du bac à réserve d’eau au matelas d’enverdissement, en passant par des dalles pré-cultivées, toute une gamme vous permet de transformer la moindre terrasse en espace un peu sauvage qui contribue à embellir et à parfaire l’intégration de votre maison dans le paysage.

Découvrez des informations utiles sur le site Norme-BBC.fr pour l’habitat durable et les économies d’énergie.

Partagez cet article sur les réseaux sociaux :

Commentaires


Articles que vous pourriez apprécier :